Créer un système de magie mémorable

Créer un système de magie mémorable

La magie est ce qui sépare la Fantasy des autres genres. C’est aussi pour ça que je l’aime tant. C’est rêver que d’autres mondes puissent exister, dans lesquels la magie aurait sa place. Un monde où un jeune garçon découvre qu’il est en fait un sorcier et qu’il est invité dans une école de magie. Un monde où un vieux mage barbu vient frapper à la porte de notre trou pour nous donner un anneau maudit. Ou encore un monde parallèle auquel on accède à travers une armoire.

mage gemme flotante

Bref, si tu veux écrire de la Fantasy, tu vas devoir te pencher sur la question de la magie. Elle peut sublimer tes mondes de bien des manières, permettre aux personnages de progresser, et impacter profondément l’univers ainsi que le récit. Alors comment, en tant qu’auteur, fait-on pour émerveiller les lecteurs avec une magie bien pensée, qui sert tous les éléments du récit − du worldbuilding aux personnages, en passant par l’intrigue ? Comment la rendre unique et mémorable aux yeux du lecteur ?

Pourquoi s’intéresser aux systèmes de magie ?

Les avantages

Fonder un monde Fantasy

Comme discuté en introduction, la magie est l’étincelle qui transforme l’ordinaire en extraordinaire, le connu en mystère. Elle est donc fondamentale pour la Fantasy. Elle émerveille le lecteur, le plongeant dans un monde mystique, ne suivant pas les mêmes règles que notre bonne vielle Terre. C’est ce frisson de l’inexploré qui invite le lecteur à se perdre dans un monde, à ressentir plutôt qu’à comprendre, à rêver plutôt qu’à raisonner.

enchantresse

Personnages

Une magie bien exploitée peut également servir à l’évolution du personnage. La manière dont tes personnages interagissent avec la magie peut en dire long sur leur nature, leur évolution, leurs conflits internes. Elle peut également souligner l’avancement personnel du héros, en progressant en même temps qu’il évolue intérieurement. À la fin de cet article, je vais d’ailleurs analyser le meilleur lien que je connaisse entre magie et personnage.

Création d’univers

La magie dans un univers de fantasy n’est pas seulement un outil pour les personnages, mais un élément qui tisse profondément la texture de leur monde. Elle peut remodeler les écosystèmes, en créant des forêts enchantées ou des déserts maudits, définir la structure de la société et de l’économie, en établissant qui détient le pouvoir ou comment les richesses sont acquises et distribuées. La géographie elle-même peut être un produit de forces magiques, avec des montagnes flottantes ou des mers intérieures cachées, ajoutant ainsi une dimension de mystère et de possibilité infinie à l’exploration de ces mondes.

arbre magique

Thèmes

Enfin, la magie peut servir à explorer et renforcer les thèmes centraux de ton histoire. Elle peut être le reflet des luttes intérieures de tes personnages, le symbole de conflits plus vastes, ou encore le catalyseur de changements profonds. Que ta magie soit une métaphore de la connaissance, du pouvoir, du sacrifice ou de la transformation, elle doit résonner avec le cœur de ton récit, enrichir sa signification, approfondir l’expérience vécue par le lecteur.

Par exemple, dans la saga Fils-des-brumes de Brandon Sanderson, l’utilisation de la magie, intrinsèquement liée à la structure sociale, sert ainsi l’un des thèmes centraux du roman : l’oppression et le changement social. Pour un exemple plus connu, la magie de l’anneau unique contribue au thème du pouvoir et de la corruption du Seigneur des Anneaux.

Les erreurs courantes

Cependant, un système de magie trop peu original ou mal conçu peut être une vraie source de frustration. S’il est trop cliché − typiquement un mage à longue barbe qui lance des boules de feu avec son bâton − il risque de dégoûter les lecteurs de ton univers et de ton histoire.

Et même si ta magie est originale, si tu romps certaines règles fondamentales dont je vais te parler, cette magie pourra briser l’immersion de lecteur et la tension narrative. Par exemple, c’est généralement une mauvaise idée qu’une magie dont on n’a jamais parlé vienne providentiellement sauver ton héros dans une mauvaise passe. Ça serait comme… tricher. Mais on va en reparler en détail.

système magie souple rigide / soft hard − exemples

Les différents types de magie

Il y a de nombreuses façons de réfléchir à la magie. Je vais ici te montrer deux grandes approches qui peuvent t’aider à faire une première classification de la magie que tu souhaites intégrer à ton histoire, en t’expliquant leurs utilités, forces et faiblesses.

Système rigide ou souple

On peut qualifier un système de magie de rigide ou souple. C’est la façon la plus simple et courante de caractériser simplement. Il s’agit là de deux façons opposées de voir la magie, et donc de s’en servir dans son histoire.

Si tu suis des lecteurs ou auteurs anglophones, tu retrouveras souvent ce concept sous le nom de hard/soft magic system.

Bien sûr, un système de magie donné peut se trouver entre les deux extrêmes.

  • Système de magie « rigide » : Ce type de magie est défini par des règles claires, précises, et souvent complexes. Chaque sortilège, chaque incantation a des effets connus et prévisibles. C’est le domaine de la précision, où la magie s’apparente presque à une science. Ce système « rigide » va plaire aux gens qui aiment utiliser la magie pour résoudre des conflits.
  • Système de magie « souple » : Ici, la magie est enveloppée de mystère et d’ambiguïté. Elle est imprévisible, souvent liée à des forces cosmiques ou spirituelles, et ses limites ne sont souvent pas clairement définies. Ce flou permet une grande liberté narrative, mais demande aussi une certaine finesse dans son utilisation pour éviter de tomber dans le piège du deus ex machina. En général, on évite de faire utiliser cette magie à un personnage « point de vue ». Ce système « souple » va plaire aux gens qui pensent que la magie ne devrait pas être contrainte par des règles et devrait rester mystique et mystérieuse.
Dans le même thème :  Le worldbuilding : 11 éléments pour créer un monde riche

En somme, une magie rigide est destinée à être utile et fréquemment utilisée, alors qu’une magie souple va s’appuyer sur l’aspect mystérieux et mystique. Il est important que tu sache où se situe ta magie pour être en mesure de faire des choix éclairées vis-à-vis de celle-ci et de sa place dans ton roman.

La Classification en Trois Perspectives

Cette classification me vient tout droit de cette vidéo du Tropeur (en français, pour une fois) ! J’ai beaucoup aimé sa classification, notamment parce qu’elle transcende le genre du roman Fantasy. C’est par exemple une façon de réfléchir à la magie plus adaptée pour la plupart des jeux vidéos et mangas Shōnen.

Niveau de Puissance

Dans ce modèle, le système de magie est structuré autour de niveaux de puissance clairement définis : certains sont plus puissants que d’autres. Cela permet de créer une marge de progression évidente, ainsi qu’une hiérarchie claire parmi les utilisateurs de magie. Ça donne souvent des scénarios où les personnages doivent dépasser leurs limites, souvent à un coût personnel. Cependant, cette structure peut mener à une escalade de puissance, où l’enjeu devient simplement d’être le plus fort, et où il devient difficile d’être plus puissant. Pour contrebalancer cela, il est crucial d’intégrer des atouts et des faiblesses bien pensés aux personnages, afin de maintenir l’équilibre narratif et d’encourager des solutions créatives aux conflits.

Pierre, Feuille, Ciseau

Ce type de système de magie est basé sur des magies, souvent élémentaires, qui ont chacune l’avantage contre certaines magies, et sont défavorisés contre d’autres. C’est une approche intuitive, facile à comprendre et à appliquer, qui met en avant l’importance de la stratégie, de l’entraide et de la complémentarité des compétences. Les interactions entre les différents types de magie créent une dynamique riche, où les victoires sont souvent le résultat d’une collaboration intelligente plutôt que de la simple supériorité d’un pouvoir.

Magie spécifique

Dans ce modèle, les pouvoirs magiques ou les capacités sont spécifiques. Le personnage aura besoin de s’adapter, ou de créer des conditions favorables à l’utilisation de sa magie pour résoudre des problèmes ou gérer des situations particulières. En fait, la magie est davantage abordé comme une suite de problèmes à résoudre (par exemple, pense aux débuts de Naruto, notamment la dernière épreuve de l’examen Chûnin). Cela permet une grande variété et originalité dans la conception des pouvoirs et une flexibilité narrative significative. Cependant, cette approche est bien plus délicate à écrire, et requiert une attention méticuleuse à la cohérence et à la logique interne pour éviter que les résolutions ne semblent forcées ou trop commodes.

Ces trois catégories offrent une autre façon de classifier la magie, moins courante, mais qui peut enrichir son idée de magie quand bien utilisée. Bien sûr, je déconseille fortement de partir sur une magie « Pierre/Feuille/Ciseau » et de s’arrêter là. Quelle que soit la catégorie que tu choisis, tu dois la transcender pour imaginer une magie unique. Après tout, il n’y a pas de limites, alors pourquoi te restreindre ?

Définir son système de magie : l’idée

Tu as sans doute les germes d’un système de magie dans ton esprit. Mais comment transformer cette étincelle d’idée en un système de magie complet et captivant ? Voici quelques pistes pour nourrir ta créativité et structurer ton processus de conception.

Le Conseil du Maître

S’il y a bien une personne à écouter quand on parle de système de magie, c’est Brandon Sanderson, l’auteur de saga de Fantasy incroyable, avec des magies toujours originales, profondes et rigoureusement pensées. Et ça tombe bien, il a justement écrit un article à ce sujet sur son blog. Étant donné qu’il n’écrit à ma connaissance que des systèmes de magie « rigides », ces conseils s’appliquent plutôt dans ce cadre-là.

Dans un premier temps, il propose de trouver un équilibre entre le mysticisme et la logique. Oui, ses systèmes de magie répondent à des lois quasi scientifiques, mais ils arrivent pourtant à leur donner des dimensions merveilleuses. En fait, il mélange souvent des concepts scientifiques avec des éléments mystiques. Par exemple, la magie principale de sa saga Fils-de-Brume est un mélange entre la télékinésie et des mathématiques vectorielles. Ça a l’air très étrange dit comme ça, mais ça rend tellement bien !

Niveau inspiration, il aime chercher du côté des croyances historiques. Des superstitions anciennes ou encore existantes peuvent donner un fondement riche et crédible à un système de magie.

Il cherche également une magie intéressant visuellement − quelque chose qui va permettre au lecteur de bien visualiser et comprendre la magie. Il n’a pas envie que tout se passe de façon nébuleuse dans la tête de quelqu’un. Il veut une magie que le lecteur puisse suivre, et comprenne exactement ce que le personnage est en train de faire. Bien sûr, ce conseil ne s’applique que pour les systèmes de magie « rigides ».

Un Framework pour Structurer Tes Idées

Voici une autre approche complémentaire pour t’aider à trouver ou structurer ton système de magie. Je vais te donner un ensemble de liste à choix unique pour bâtir ta magie, ou réfléchir dessus. Je ne pense pas que cela suffise pour créer un système de magie original, mais c’est un bon moyen de commencer OU compléter ta réflexion.

Type de magie

  • Gouvernés par des lois (rigide)
  • Chaos : l’instabilité règne en maître
  • Hiérarchique (niveau de puissance)
  • Économique : puissante ressource magique, pouvant être échangée ou dépensée…
  • Écologique : magie comme force de la nature

Source de la magie

  • Naturelle ou Cosmique
  • Divine
  • Eldritch : terme anglais désignant une chose venant d’un autre monde, inquiétante ou étrange.
  • Mentale : par sa propre pensée, on accède à la magie
  • Alchimique : la magie naît de métaux et/ou des réactions chimiques

Usages (PONT entre le magique et le réel)

  • Rituelle
  • Innée
  • Apprise
  • Basée sur un artefact
Dans le même thème :  Comment écrire un roman (les grandes lignes)

Accessibilité :

  • Exclusive : la magie est un trésor gardé, seulement accessible à certains
  • Inclusive : tout le monde peut la pratiquer
  • Restreinte : Il faut emprunter un long chemin pour atteindre les arcanes
  • Conditionnelle : praticable seulement durant certains évènements ou circonstances

Impact sur le monde

  • Faible : magie négligée ou oubliée, mais bien présente
  • Haut : impacte la société dans son ensemble. Les hommes se sont habitués à la magie, vivent avec et s’en servent ou s’en protègent au mieux.
  • Cataclysmique : comme une éruption volcanique de grande ampleur, la magie possède un pouvoir destructeur qui bouleverse les sociétés.

Des Questions à se Poser

J’espère que choisir entre différentes catégories t’as bien inspiré. L’objectif n’était pas de simplement choisir, mais de te faire réfléchir en profondeur à ta magie. Alors si ton esprit s’est égaré en réfléchissants aux implications et à l’histoire de ta magie, c’est parfait ! 😁

Si ce n’est pas le cas, ne t’en fait pas − c’est un réflexe à prendre. Voici quelques questions pour creuser ton système de magie, en poussant un peu plus la réflexion.

  • Quel est le but (dans l’intrigue et l’univers) et la fonctionnalité de la magie :
  • Quels sont les utilisateurs et qui a accès à la magie :
  • Limitations et coûts :
  • Dangers ou mauvaises utilisations :
  • Origines et l’évolution de la magie :
  • Impact culturel :
  • Dimension éthique :
  • Courbe d’apprentissage et maîtrise :
  • Visibilité et reconnaissance (est-elle connue oubliée, négligée, méprisée, adorée…) :
  • Intégration (lien avec les autres systèmes et structures sociales) :

Des Exemples de Magie

Voici une vidéo (en anglais) qui discute des meilleurs systèmes de magie, histoire que tu aies un aperçu de la diversité qu’il existe en termes de magie.

🎁 En bonus : Un Prompt pour ChatGPT

Maintenant que je t’ai donné plusieurs façons de réfléchir à ton système de magie, je vais te présenter un outil qui pourra t’aider à trouver des idées : ChatGPT. Ce dernier est particulièrement efficace pour une bonne séance de brainstorming.

J’ai conçu durant cet article plusieurs prompts (phrases à donner à chatGPT) pour lui demander de me trouver des idées de magie, en fonction des conseils de cet article. Pour te montrer de quoi il est capable, je lui ai demandé de me trouver une magie adaptée à l’univers de mon prochain roman − qui devrait se dérouler dans les souterrains d’une planète sable. Voici sa réponse (GPT4) :

  1. Magie de Résonance & Géologie : Les sorts fonctionnent en harmonisant avec les vibrations naturelles des roches et des minéraux souterrains.
  2. Manipulation de Sable & Chronomancie : Contrôle du sable combiné à la manipulation du temps, permettant de modeler et de solidifier le sable de manière temporaire.
  3. Luminescence Biologique & Psychométrie : Utilisation de la lumière bioluminescente pour voir les souvenirs ou les émotions imprégnés dans les objets ou les lieux souterrains.
  4. Hydromancie & Sonomancie : Contrôle de l’eau raréfiée souterraine en synergie avec le pouvoir du son, créant des effets mystiques ou destructeurs.
  5. Écholocation & Illusionnisme : Maîtrise de l’écholocation comme les chauves-souris, couplée à la capacité de créer des illusions sonores et visuelles.

Le prompt

Bien sûr, c’est loin de tout faire. Tu n’auras certainement pas un système de magie digne de ce nom seulement avec chatGPT. Mais il peut te sortir une centaine d’idées en quelques minutes. Ce qui, pour trouver de l’inspiration, n’est pas négligeable !

Donc voilà, je te donne les trois prompts différents que j’ai conçus, ainsi que des conseils pour en tirer le maximum. Tu peux les recevoir gratuitement ; tout ce que tu as à faire, c’est de rentrer ton email ci-dessous, et je t’envoie ça tout de suite ! 😁

La magie prend vie − Appliquer son idée

À présent, tu devrais avoir une idée pour ton système de magie. Si ce n’est pas le cas, tu peux quand même continuer à lire, hein ! 😅 Mais je te conseille d’y revenir au moment où tu voudras formaliser plus en détail ta magie. BREF, sans plus perdre de temps, voici diverses méthodes pour concrétiser ta magie et l’intégrer à ton récit.

Les Trois Règles de Brandon Sanderson

Le Maître Sanderson, dans sa grande sagesse, nous a donné trois règles pour que nous puissions espérer un jour espérer atteindre son niveau. Plus sérieusement, il a formalisé les trois règles de la magie, une façon intéressante de penser l’intégration d’un système de magie dans un récit. Même si, comme tu le verras, ces conseils s’appliquent surtout aux magies rigides.

1. Prévisibilité

  • Règle : La capacité de l’auteur à résoudre des conflits avec la magie est directement proportionnelle à la compréhension qu’en a le lecteur.
  • Application : Un système de magie prévisible permet aux lecteurs de comprendre les limites et les possibilités de la magie. Cela signifie que si la magie doit jouer un rôle crucial dans la résolution d’un conflit, elle doit être présentée et expliquée au préalable. En fait, ça évite les deus ex machina − autrement appelés le « ta gueule, c’est magique ».
  • Exemple : Dans « Harry Potter », les sortilèges sont introduits progressivement, permettant aux lecteurs de comprendre ce qui est possible ou non. Quand un sortilège comme le « Patronus » est crucial dans l’histoire, sa nature et ses limites ont déjà été établies, rendant son utilisation crédible et satisfaisante.

2. Limitations > Pouvoirs

  • Règle : Les limitations d’un système magique sont plus intéressantes que ses pouvoirs.
  • Application : Et oui, voir un personnage tout réussir facilement grâce à sa magie, ça devient vite lassant. Les limites imposées à la magie ajoutent de la tension et de l’enjeu à l’histoire. Elles forcent les personnages à être créatifs et à faire des choix difficiles.
  • Exemple : Dans « Mistborn » de Sanderson lui-même, les alomanciens tirent leurs pouvoirs de l’ingestion de métaux, mais chaque métal a un effet spécifique et une réserve limitée, ce qui oblige les personnages à réfléchir stratégiquement à leur utilisation. Il existe même un métal extrêmement rare et cher qui donne un avantage écrasant en combat. De quoi réfléchir à ses ressources !

3. Développer ce que l’on a avant d’étendre

  • Règle : Avant d’ajouter de nouveaux éléments à ton système de magie, explore pleinement ceux que tu as déjà établis. Cela favorise une compréhension approfondie et une appréciation plus grande de la complexité et de la nuance dans ton univers.
  • Application : Cette approche encourage à maximiser le potentiel narratif et thématique de chaque aspect de ton système magique. Elle évite la surcharge d’informations pour le lecteur et renforce l’immersion dans le monde que tu crées. En approfondissant chaque élément, tu offres une expérience plus riche et cohérente.
Dans le même thème :  Écrire un livre sans expérience – par où commencer

Intégration de la Magie au récit

Un roman est composé d’aspects bien divers. Comme je le mentionnais en introduction, il faut mieux réfléchir aux façons dont ta magie interagit avec les autres aspects de ton histoire. Voici donc quelques conseils spécifiques allant dans ce sens :

  • Intrigue : L’intrigue d’une histoire peut être profondément influencée par la magie. C’est une force capable de façonner les défis auxquels les personnages sont confrontés. La magie, lorsqu’elle est intégrée de manière significative, transforme non seulement les circonstances, mais aussi la manière dont les personnages interagissent avec leur monde.
  • Monde : La magie peut également impacter le monde et la société. Qu’elle soit étrangère ou très bien intégrée dans le monde, réfléchis à ses influences sur la culture, l’économie, et même la politique. Cette intégration rend le monde plus vivant et crédible, et permet aux lecteurs de s’immerger complètement dans l’univers de l’histoire.
  • Personnages : Enfin, la magie est un outil puissant pour le développement des personnages. Elle peut représenter une quête personnelle, un fardeau, ou un cadeau. Les personnages peuvent lutter pour maîtriser leurs pouvoirs, ou les utiliser pour surmonter des obstacles personnels. Par exemple, un personnage pourrait faire face à des dilemmes moraux en utilisant une magie qu’il juge immorale.

Comprendre et appliquer les systèmes rigides et souples

Je te parlais au début de cet article des systèmes de magie souples et rigides, tu te souviens ?

système magie souple rigide / soft hard − exemples
Petit rappel

À présent, on va voir comment tirer le meilleur de chacun de ces deux types de magie. 🪶

Rigide

  • Prévisibilité : Ce système est caractérisé par des règles et des conséquences bien définies. Les lecteurs peuvent anticiper les résultats basés sur ces règles.
  • Limitations > Pouvoirs : Les limites imposées sont plus cruciales que les pouvoirs eux-mêmes, ajoutant de la profondeur au récit. Il peut s’agir de faiblesse, de coûts…
  • Impact sur le Monde et les Personnages : La façon dont la magie influence les pensées, les actions des personnages, et le monde lui-même.
  • Penser au style : Si la magie doit résoudre des conflits, fais en sorte qu’elle rende bien visuellement que le lecteur puisse l’imaginer et la suivre facilement.

Souple

  • Tension et Mystère : Ce système crée une tension narrative et conserve un sentiment de mystère.
  • Point de vue : Souvent, l’histoire n’est pas racontée du point de vue d’un magicien, ce qui maintient un sentiment de grandeur et de mystique.
  • Imprévisibilité : L’utilisation de la magie est imprévisible. Elle ne devrait pas être une solution systématique aux problèmes et peut parfois échouer sans explication.

La Coexistence magique

J’écris cette sous-partie dans le cas où tu voudrais intégrer plusieurs systèmes de magie à ton univers.

Lorsque tu intègres plusieurs magies, il est crucial de les ancrer solidement dans le contexte de ton monde. Chaque système doit avoir sa raison d’être, reflétant peut-être les variations culturelles, historiques ou même géographiques de ton univers. Les interactions entre les différents systèmes peuvent devenir le sel de ton récit, offrant conflits, alliances, et méprises, tissant ainsi le riche tissu narratif de ton monde. La cohérence est la clé : chaque magie, tout en ayant sa propre identité, doit s’inscrire dans une logique globale, respectant les lois fondamentales de ton univers.

L’Exemple de « The Kingkiller Chronicle »

  • Dans « The Kingkiller Chronicle », Patrick Rothfuss présente un excellent exemple de coexistence harmonieuse de plusieurs systèmes de magie. D’une part, il y a le Sympathie, un système de magie quasi scientifique basé sur des principes de conservation d’énergie et de liens sympathiques entre objets. D’autre part, il y a le Nom, une forme de magie plus ésotérique, liée à la compréhension profonde de l’essence même des choses.
  • L’auteur réussit à équilibrer ces magies en les ancrant dans la culture et l’histoire de son monde. La Sympathie est enseignée à l’Université, elle est systématique, presque académique, tandis que le Nom est mystérieux, lié à une compréhension intuitive et profond du monde, quelque chose qui ne peut être appris que par une expérience personnelle profonde et souvent difficile.
  • Cette dichotomie entre le systématique et le mystique reflète les conflits internes du protagoniste, Kvothe, un étudiant brillant mais impulsif, tiraillé entre le désir de maîtriser la magie à travers la rigueur académique et l’attrait pour le pouvoir plus profond et plus imprévisible du Nom. Les systèmes de magie ne sont pas simplement des outils ; ils sont des vecteurs de développement du personnage, reflétant et influençant les luttes internes et externes de Kvothe.

En t’inspirant de tels exemples, tu peux t’assurer que la coexistence de multiples systèmes de magie dans ton univers ne se limite pas à une simple juxtaposition, mais devient une sorte d’alchimie narrative, où chaque élément magique enrichit l’histoire, développe les personnages et captive l’imagination du lecteur.

Conclusion

La magie, dans toute sa splendeur et sa complexité, est bien plus qu’un simple élément de l’intrigue ou un outil à la disposition des personnages. Elle joue un rôle majeur dans tout bon roman de Fantasy et peut élever une œuvre − même si elle ne suffira jamais à créer à elle seule une bonne histoire (ni même un bon worldbuilding).

Cependant, une incorporation ratée peut être une grande source de frustration pour un lecteur de Fantasy. Elle a le pouvoir, mal utilisé, de briser les enjeux, la tension narrative, et au final l’attachement aux personnages. Alors attention à bien l’utiliser ! 😁

C’est tout pour ce très long article ! Si tu veux appliquer tout de suite ce que tu as vu dans cet article, je te conseille vraiment de jeter un œil à mes prompts chatGPT.

Bonne pratique de la magie, et d’ici la prochaine, porte-toi bien ! 🧙‍♂️

Tu as aimé l’article ? N’hésite pas à le partager ! Si tu veux en savoir plus sur moi, n’hésite pas à aller voir ma page À Propos, ou à me contacter.

Nouveau sur le site ? Cette page est faite pour toi ! 😉

Tu pourrais aussi aimer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?

Je suis Lorenzo VILLARD, un jeune auteur de 22 ans qui s’est lancé un incroyable défi…

Blogs similaires

Articles populaires