Whodunit : Qui a tué Madame Irma ? − Défi #10

Whodunit : Qui a tué Madame Irma ? − Défi #10

Qu’est-ce qu’un Whodunit ?

Un horrible meurtre s’est produit à la demeure de Brown : Madame Irma a été retrouvée morte dans sa salle de bain. Elle fêtait son centième anniversaire, et pour l’occasion, de nombreuses personnes étaient présentes. Lesquelles auraient bien pu lui en vouloir ? Qui est le coupable ? Ce sont à ces question que le Whodunit nous invite à répondre.

En bref

Le Whodunit est un sous-genre complexe du roman policier, apparu au 20e siècle. Son intrigue est structurée autour d’une énigme et de sa résolution. On y laisse des indices au lecteur, qui est invité à trouver lui-même le criminel − avant que l’inspecteur y parvienne à la fin.

Cet article fait partie du défi des 52 genres. J’y explique ma compréhension du genre après une seule semaine de recherche : je ne prétends pas être un expert. Les explications sur le défi se trouvent ici.

De façon générale, ne prends pas ce que tu lis pour argent comptant. Soit un bon sceptique et teste un conseil pour savoir s’il fonctionne pour toi !

Sherlock Holmes : l’exemple type du Whodunit

Il s’agit sans doute la série de Whodunit la plus connue. Son ton léger et ses intrigues centrées sur la recherche du coupable le font parfaitement rentrer dans ce genre.

Sherlock Holmes semble en effet davantage intéressé à résoudre l’énigme plutôt que de rendre justice. Et c’est bien le thème des Whodunit. C’est un jeu, que l’auteur met en place avec le lecteur : qui arrivera à trouver le meurtrier en premier ?

Pourquoi « Whodunit » ?

Ce mot est dérivé de l’anglais « Who [has] done it? », signifiant « Qui l’a fait » ? On comprend aisément le sens : qui a commis le crime ?

Laisse-moi une minute pour réfléchir…

Comment écrire un Whodunit ?

L’intrigue

Comme je l’ai indiqué en introduction, l’intrigue du Whodunit est la résolution d’un meurtre, présenté sous forme d’énigme. Ce qui créer une sorte de jeu avec le lecteur : l’auteur lui donne des indices − les mêmes qu’à l’enquêteur pour qu’ils aient les mêmes chances − et le lecteur essaye de trouver le coupable le plus vite possible. C’est ce jeu qui garde le lecteur intéressé.

Pour cela, l’auteur peut soit créer le doute dans l’esprit du lecteur, en lui laissant croire que tout le monde peut être coupable, ou bien le mener sur une fausse piste − sur le mauvais suspect !

Le protagoniste des Whodunit

Ce protagoniste peut prendre plusieurs formes :

  • Un détective amateur et excentrique
  • Un détective semi-professionnel (comme Sherlock Holmes)
  • Un inspecteur police
Dans le même thème :  Défi #3 : Le Steampunk

Mais quoi qu’il en soit, ce protagoniste va être obsédé par une chose : retrouver le criminel. Dans le Whodunit, on ne cherche pas tant que cela à trouver la façon dont le meurtre c’est produit, mais bien qui l’a commis. C’est dans le nom du genre, après tout !

La psychologie humaine

Le comportement humain est mis en avant dans ces romans. En général, le meurtre est commis dans une petite communauté (village, famille, groupe d’amis…) avec une multitude de suspects. L’enquête va principalement tourner autour des interrogatoires de l’inspecteur : et, bien entendu, chaque suspect à quelque chose à cacher − aucun n’est net.

Les tropes des Whodunit

Les personnages récurrents :

  • La jeune femme moderne
  • L’homme d’affaires méfiant
  • Le militaire à la retraite
  • Le professeur distrait
  • Le maître d’hôtel impeccable
arme et balles
Une belle liste de suspects !

Les décors

  • La maison campagne isolée
  • Une riche demeure bourgeoise
  • L’appartement d’un célibataire londonien

L’humour dans les Whodunit

Il est fréquent − voir requis − de mettre une bonne dose d’humour dans les Whodunit. Cela allège l’atmosphère qui pourrait autrement être pesant à cause de la situation sordide !

Le lecteur n’est pas censé être bouleversé par une mort brutale ; mais plutôt frissonner et commencer à chercher le coupable.

Introduire l’humour − quelques idées

  • Un personnage secondaire qui fait de fausses déductions de façon maladroite (Watson)
  • L’inspecteur cynique sortant ses plaisanteries crues
  • Créer des personnages peu fréquents dans romans policiers : remettre ainsi en question les tropes et jouer sur le contraste pour créer de l’humour.

N’oublie pas que le lecteur est là pour se distraire ; le roman n’est pas censé être lourd, pesant. C’est un genre gentillet − contrairement au thriller psychologique, qui lui ressemble, mais avec un ton beaucoup plus sombre.

Nouvelle #10 : Whodunit

Mon ressenti

Cette nouvelle n’a pas été simple. Normalement, on a tout un roman pour mettre en place l’intrigue. Et je n’ai pas du tout l’habitude d’écrire des romans policiers.

J’ai essayé de m’inspirer des adaptations au cinéma d’Agatha Christie, mais je ne sais pas si l’enquête et le mystère rendent bien.😅 N’hésite pas à me le dire en commentaire. Je te laisse avec la nouvelle !

La nouvelle

Télécharger la nouvelle

defi-10-Whodunit

bouton suite
Survole le texte et appuie sur le bouton identique pour lire la suite

Tu as aimé l’article ? N’hésite pas à le partager ! Si tu veux en savoir plus sur moi, n’hésite pas à aller voir ma page À Propos, ou à me contacter.

Nouveau sur le site ? Cette page est faite pour toi ! 😉

Tu pourrais aussi aimer…

3 réflexions sur “Whodunit : Qui a tué Madame Irma ? − Défi #10”

  1. Super article ! Ça donne envie d’expérimenter ce genre 😉 Merci Lorenzo 🤗🙋🏽‍♀️

  2. Qui a substitué la nouvelle de Lorenzo de la semaine ? Cherche les indice dans le texte pour trouver le ou la coupable ! XD
    Bravo pour maintenir ce défi vraiment pas facile, je suis curieuse de connaître tous les genres que tu vas faire au long de l’année. ça donne envie d’en faire un aussi ! Est-ce que tu sens déjà que tu as progressé en écriture ? as tu trouvé un genre qui te plaît plus ?

    1. Haha, la nouvelle a été retrouvée, elle s’était simplement perdu en route. Pas d’inquiétudes.

      Le défi me prend du temps, oui. J’ai déjà ma petite liste de genres ; un cinquième du défi, déjà ! Je me confronte à des genre dans lesquels je ne suis pas du tout à l’aise, et oui, ça me fait progresser. Par exemple celui-là ; je n’ai pas l’habitude de faire une recherche de suspects. Ou bien dans les romances ; ce n’est pas quelque chose que j’écris en général. J’espère que je réussirais à utiliser dans mes romans ce que j’apprends dans ce défi ! 😁 Mais pour l’instant, la Fantasy et l’Horreur restent mes genre préférés − bien que j’ai été surpris qu’il existe le genre de Light Fantasy, j’étais en train d’en écrire une sans le savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?

Je suis Lorenzo VILLARD, un jeune auteur de 22 ans qui s’est lancé un incroyable défi…

Blogs similaires

Articles populaires