Show Don’t Tell : Une Compétence Indispensable

Show Don’t Tell : Une Compétence Indispensable

Je me rappelle de mes débuts en écriture, bloqué devant mon clavier, à ne pas avoir la moindre idée de la façon dont j’allais remplir cette page blanche. 😫 Je savais toujours où ma scène commençait et où elle finissait ; mais au milieu ? Le néant. Deux compétences m’ont permis d’écrire les scènes beaucoup plus facilement : comprendre la structure des scènes et le « Show, don’t tell ».

Cet article est aussi disponible en vidéo.

C’est si Facile de Rater le Coche en Écriture

Ressentir un manque d’implication émotionnelle dans l’une de tes histoires, ça t’est déjà arrivé, non ? Tu as une intrigue en béton, mais quand tu lis ton récit, il te laisse aussi froid qu’une journée d’hiver sans chauffage (je sais ce que c’est 😭). L’émotion, cette étincelle qui fait toute la différence, est aux abonnés absents.

émosions show don’t tell

Il y a peut-être aussi un manque d’action palpable dans tes histoires. Tu sais, quand tu relis un chapitre et tu te dis : « Mais pourquoi c’est pas plus intense » ? Tu as l’impression de simplement résumer les évènements, au lieu de plonger tes lecteurs dedans.

Enfin, il y a ce sentiment insaisissable que quelque chose « manque ». Tu relis ton texte et tu penses : « C’est pas mal, mais ça pourrait être tellement mieux ! » C’est frustrant, car souvent tu ne peux pas mettre le doigt sur ce qui ne va pas.

Pourquoi Tu DOIS Maîtriser le « Show, Don’t Tell »

Tous ces problèmes peuvent être en grande partie réglés avec la technique de cet article : le « Show, don’t tell ». Il s’agit d’un terme anglais que tu as peut-être déjà vu, et que l’on peut traduire par « Montrer, ne pas raconter ». L’idée, c’est de montrer les choses avec des détails vivants et des actions, plutôt que de simplement les raconter. 🎭 Voyons ensemble les avantages de cette technique magique.

show don’t tell

À court terme : Vivre le moment 😲

Imagine que tu lis un livre et que l’auteur te dit simplement : « John était nerveux ». Ok, c’est bien, mais pas assez. En utilisant « Show, Don’t Tell », l’auteur pourrait dire : « John mordillait l’ongle de son pouce, les yeux rivés sur la porte, à chaque seconde vérifiant l’horloge ». Tu le sens, ce petit frisson ? Comme si tu étais dans la pièce avec John, n’est-ce pas ? C’est ce que ça fait de captiver l’attention du lecteur. Le texte devient une expérience, pas seulement un récit. Autrement, si tu restes trop dans le « tell », dans le « raconté », tu coupes le lecteur de l’expérience. Ça le laisse sec, sans actions concrètes pour « vivre » le moment.

À moyen terme : L’art de la subtilité 🎨

Ensuite, « Show, Don’t Tell » te permet de transmettre de façon plus fine les personnages et les mondes que tu as en tête. Plutôt que de dire « le monde est dystopique », tu pourrais écrire une scène où un personnage voit des affiches de propagande et entend des annonces oppressantes diffusées dans les rues. Tu vois où je veux en venir ? Ça donne à ton lecteur une vision plus complète et immersive.

Tes scènes peuvent également en bénéficier. Avant d’apprendre cette technique, j’avais tendance à enchaîner un grand nombre d’actions pour remplir mes scènes. Je balançais à mes lecteurs une avalanche d’actions. Mais en réalité, mieux va se contenter sur quelques actions mémorables. Des actions qui ont de l’importance, et qui resteront gravées dans la mémoire de tes lecteurs.

action mémorable

Et enfin, tu n’as pas besoin de mâcher tout le travail à ton lecteur. En fait, rester dans le « tell », c’est empêcher son lectorat de tirer ses propres conclusions. Résultat ? Un manque intellectuel qui peut mettre ton lecteur en mode trop passif. Ne lui vole pas ce plaisir. Maîtriser le Show don’t tell, c’est aussi laisser des espaces dans tes histoires pour que tes lecteurs puissent y ajouter leurs propres pensées et interprétations.

Dans le même thème :  La Figure de Style, l'Arme Poétique des Écrivains

À long terme : Développe ton propre style ✍️

Maintenant, tu penses peut-être que maîtriser cette technique semble être un défi. Et tu as raison ! Mais voilà le truc : le « Show, Don’t Tell » est une technique qui te demande de faire des choix. Et ces choix, ce sont autant d’opportunités pour distinguer ton style des autres. Quels détails montrer ? Quelles émotions souligner ? Ce sont des questions qui te poussent à réfléchir et à créer un texte qui est distinctement toi.

Tu vois, le show don’t tell c’est un must-have. Crois-moi, ça rend l’écriture si agréable que tu vas te demander comment tu faisais pour écrire sans savoir ça. 😉

Trouver le « tell » dans tes écrits

Déjà, on va apprendre à repérer les moments « racontés » de tes romans. Je te conseille de prendre un chapitre que tu as écrit à côté de toi en lisant la suite de l’article, histoire de directement mettre ça en pratique ! 😁 Alors, voici 4 situations dans lesquelles le « tell » est le plus présent :

Les Descriptions Vagues

Une description vague ou générale montre souvent qu’on est dans le « tell ».

Tell : « La maison était grande. »
Show : « L’immense manoir s’étendait à perte de vue, avec ses multiples ailes et tours qui se dressaient fièrement contre le ciel. À chaque pas dans le long couloir, de nouveaux détails du riche parquet en chêne et des fresques murales captivaient le regard. »

Tu vois ? Plus on est précis, plus le lecteur est investi !

précision show don’t tell

Des Évènements Résumés

On a tous déjà écrit quelque chose comme « le combat était rude, mais il réussit à l’emporter ». Mais c’est comme raconter l’issue d’un match de foot sans montrer aucun des buts, tacles ou moments de suspense. C’est ennuyeux, non ? Alors, fais en sorte de montrer ce combat épique au lieu de simplement en résumer l’issue.

Tell : « Ils se sont disputés. »
Show : « Son visage devint cramoisi, les veines de son cou saillantes, tandis qu’il hurlait chaque mot. Elle répliqua, les larmes aux yeux, mais la mâchoire serrée, les poings sur les hanches. Le vase sur la table du salon trembla sous la tension, menaçant de se briser à tout moment. »

Les Adverbes et Adjectifs

Oui, les adverbes et adjectifs peuvent être de véritables trouble-fête en matière de « show, don’t tell ».

Tell : « Il courut rapidement vers la porte. »
Show : « Il fonça vers la porte, les pieds à peine touchant le sol, ses muscles tendus et son souffle coupé en un rythme frénétique. »

Les Émotions

Ah, les émotions ! Elles peuvent être un vrai casse-tête. Dire « Elle était triste » ne permet pas vraiment au lecteur de ressentir cette tristesse. Alors, montre-le.

Tell : « Elle était triste. »
Show : « Ses épaules s’affaissèrent, les larmes inondant ses joues. Elle prit une profonde inspiration, mais aucun son ne sortit. Tout ce qui restait était un silence écrasant, aussi lourd que le poids dans sa poitrine. »

Fais en sorte que le lecteur puisse voir et ressentir ce que tes personnages vivent.

émotions show don’t tell

Une astuce rapide et efficace pour la chasse au « tell »

Si tu veux gagner du temps en cherchant le « tell » dans tes romans, tu peux utiliser une nouvelle technologie à ton avantage : ChatGPT ! Et oui, en lui expliquant un peu, il est tout à fait capable de t’indiquer où il voit du « tell » dans tes romans (même s’il a tendance à indiquer trop de choses 😅).

L’idée, c’est vraiment de gagner du temps en ayant rapidement en visuel les endroits où il y a du tell. Ensuite, tu décides si ChatGPT s’est juste emballé, ou bien si tu dois vraiment réécrire ce passage. Franchement, ça rend la relecture bien plus agréable ! 😁

Comment Transformer le « Tell » en « Show »

Hey, je sais à quel point il peut être difficile de montrer une histoire plutôt que de simplement la raconter. 😅 Tu t’es déjà retrouvé à écrire quelque chose comme « Il était triste », et puis réaliser que ça n’a pas l’impact escompté ? Je suis passé par là, et je peux te dire que maîtriser l’art du « show, don’t tell » peut vraiment faire passer votre écriture au niveau supérieur. Alors, comment faire ça ? Voici un guide étape par étape pour t’aider !

Dans le même thème :  L’incipit, ou L'Art de Capturer l'Attention en une Ligne

Utiliser les Cinq Sens

Au lieu de dire « La chambre était désordonnée », décrivez ce que voit, sent, touche, goûte et entend le personnage. 👀

Exemple : « Des chaussettes sales jonchaient le sol, une odeur de renfermé remplissait l’air, et une montagne de vaisselle sale s’empilait dans l’évier. »

Pourquoi ça marche ?
En utilisant les cinq sens, tu plonges le lecteur directement dans la scène.

5 sens écriture

Privilégier des Verbes d’Action

Les verbes d’action sont vos meilleurs amis. Évite les verbes ternes comme « être » ou « avoir ».

Exemple : Au lieu de « Il était en colère », dites « Il serra les poings et frappa la table. »

Pourquoi ça marche ?
Les verbes d’action font vivre la scène et donnent de l’énergie à votre récit.

Utiliser des Mots Précis

Choisis des adjectifs et des adverbes qui donnent une image claire. « Magnifique » est bien, mais « éblouissant » donne une impression plus forte.

Exemple : « Elle portait une robe magnifique » devient « Elle rayonnait dans sa robe éblouissante. »

Diviser une Action en Plusieurs Parties

Au lieu de résumer une action, divise-la en étapes plus petites pour créer une image complète.

Exemple : Au lieu de « Il mangea rapidement son déjeuner », essaye « Il déchira l’emballage, engloutit son sandwich en trois bouchées, et vida sa canette en une seule gorgée. »

diviser une action en plusieurs partie - écriture

Utiliser des Dialogues et des Monologues Intérieurs

Utilise les dialogues pour montrer les émotions et les pensées des personnages, au lieu de les dire directement.

Exemple : Au lieu de « Il était perdu et confus », essaye un dialogue comme « Où suis-je ? Qu’est-ce qui se passe ? »

Une Note sur le Filtering

Certains considèrent que ça fait partie du « Show, don’t tell », mais pas forcément pour moi. J’ai déjà fait une vidéo là-dessus, mais en bref, le filtering, c’est le fait de placer des filtres entre le point de vue du personnage et l’action : « Il décida d’aller manger », « Il vit une libellule passer », etc.

Pour moi, c’est indépendant du « Show, don’t tell », même si ce sont des concepts proches qui servent à éviter la même erreur : mettre le lecteur à distance.

Par exemple : « Il sentit cette délicieuse odeur de pizza. Il décida de la porte à sa bouche, et profita du fromage qui fondait sous ses dents » : on a du filtering (ce qui est mauvais), MAIS on reste dans le show, don’t tell !

Si on était dans le tell (et le filtering), on dirait : « Il décida de manger une très bonne pizza ». C’est n’est pas la même ! 😱

Exemple détaillé : transformer le « Raconté » en « Montré »

Armé des cinq conseils pour transformer le « tell » en « show », que je te récapitule ci-dessous, on va modifier un texte bourré de « tell » pour lui donne vie peu à peu.

  • Utilise les cinq sens
  • Utilise des verbes d’action
  • Utiliser des mots précis
  • Divise l’action en plusieurs parties
  • Utilise des dialogues et des monologues intérieurs

Marc était nerveux en entrant dans le bureau de son patron. Il le devient davantage quand il vit que son patron était furieux contre lui. Il s’assit et attendit patiemment tandis que les insultes et les reproches pleuvaient. Après dix minutes de tourments, il put quitter cette pièce maudite et fonça aux toilettes pour pleurer.

exemple show don’t tell

Modifications

Par curiosité, j’ai laissé chatGPT. Et je dois dire qu’il a géré ! J’ai modifié quelques petits trucs, mais il s’est vraiment bien débrouillé pour passer du « tell » au « show ».

En franchissant la porte du bureau de son patron, Marc remit en place une troisième fois le nœud de sa cravate. Lorsqu’il croisa le regard de son patron – des yeux presque injectés de sang – il sentit une boule glaciale se former dans son estomac. Marc prit place sur le siège en face du bureau, son dos aussi rigide qu’une planche de bois, ses mains posées à plat sur ses cuisses. Son patron ne le loupait pas : les mots s’abattaient sur lui comme des coups de fouet, chaque insulte lacérant un peu plus son assurance. Après une éternité, il réussit enfin à quitter ce cauchemar confiné. Ses pas le guidèrent presque mécaniquement vers les toilettes, où il s’effondra dans une cabine et laissa ses larmes couler.

Après, il faut dire qu’il s’agit de personnages creux, seulement inventés pour cet exemple. Dans le cas de vrais personnages, chatGPT aura du mal à toujours bien transmettre leur personnalité.

C’est quand même mieux, non ? 😁 À présent, décomposons ce qu’il a fait :

En franchissant la porte du bureau de son patron, Marc remit en place une troisième fois le nœud de sa cravate.

Utilisation des verbes d’action et des mots précis pour montrer que Marc est nerveux plutôt que de simplement le dire.

Lorsqu’il croisa le regard de son patron – des yeux presque injectés de sang – il sentit une boule glaciale se former dans son estomac.

Cette image utilise les cinq sens pour montrer le malaise croissant de Marc lorsqu’il réalise l’état émotionnel de son patron. De plus, on montre les yeux injectés de sang du patron, plutôt que de dire qu’il est en colère.

Marc prit place sur le siège en face du bureau, son dos aussi rigide qu’une planche de bois, ses mains posées à plat sur ses cuisses.

Une description physique précise montre sa nervosité et son attente.

Son patron ne le loupait pas : les mots s’abattaient sur lui comme des coups de fouet, chaque insulte lacérant un peu plus son assurance. Après une éternité, il réussit enfin à quitter ce cauchemar confiné.

Utilisation de métaphore et d’hyperbole pour montrer la violence verbale subie par Marc.

Ses pas le guidèrent presque mécaniquement vers les toilettes, où il s’effondra dans une cabine et laissa ses larmes couler.

En divisant l’action en plusieurs parties et en utilisant des verbes d’action, on montre ce que fait Marc pour gérer ses émotions plutôt que de simplement dire qu’il est allé pleurer.

Dans le même thème :  Ma nouvelle méthode de travail : un roman en 45 jours

Pourquoi Parfois « Tell » est Nécessaire 🤔

Il y a des moments où le « Tell » est requis. Et oui ; même si la plus grande partie de ton roman devrait être en « Show », pour toutes les raisons dont j’ai déjà parlé, parfois raconter des choses de façon froide et rapide est la solution.

Les Transitions

Ah, les sauts dans le temps ou les changements de scène. Qui a besoin de savoir ce que ton personnage a mangé à chaque repas pendant trois jours ? Personne ! Un bon vieux « tell » comme « Après trois jours à attendre, il en a eu assez » est largement suffisant. 📆

La Répétition d’Informations ou d’Événements

As-tu déjà lu une scène où deux personnages se racontent quelque chose que tu as déjà vu ? C’est le genre de paragraphes que je saute sans remords. Trop ennuyeux ; je sais déjà ce qu’il s’est passé ! Pour éviter ce genre de redondance, un « Il lui raconta dans les détails son affrontement » est bien plus digeste. Si le lecteur a déjà eu le « show » de cette action précise, pas besoin d’en remettre une couche en la racontant dans la bouche d’un autre personnage.

raconter évènement passé tell

Le Contexte

Parfois, il suffit d’un peu de « tell » pour préparer le terrain avant une scène clé. Si Léa apparaît épuisée dans une scène, un simple « Après avoir passé la journée à réviser, Emmy se montra enfin au réfectoire » suffit à expliquer son état.

Le Suspense 🕵️

Tu veux jouer avec les attentes de ton lectorat ? Le « tell » est parfait pour ça. Si tu annonces qu’un personnage réserve toujours une surprise, ton lecteur sera sur le qui-vive, en attendant de découvrir ce que c’est.

Les Premiers Jets ✏️

Tu peux te permettre de laisser pas mal de « tell » dans ton premier jet. Je suis adepte d’un premier jet très imparfait, qui ne sera lu par personne d’autre que moi. Donc j’essaye de rester dans le show, mais je ne vais pas aller tout de suite faire la chasse au tell. Ça attendra mes relectures !

premier jet show don’t tell

Conclusion

On a vu que le « show », le fait de montrer les choses plutôt que de les raconter, servait à l’immersion du lecteur, ainsi qu’à créer de l’émotion. C’est une technique à utiliser très souvent, mais pas tout le temps ; il y a certains cas où le tell est justifié.

Pour voir si tu as bien compris cet article, je te conseille de t’entraîner avec le petit texte ci-dessous. Ou, mieux encore, avec un de tes anciens textes. C’est tout ce que j’avais à dire ! Bonne écriture, et d’ici la prochaine, porte-toi bien ! 😁

Sophie était contrariée par la décision de son patron et cela la rendait anxieuse pour son avenir professionnel.

Tu as aimé l’article ? N’hésite pas à le partager ! Si tu veux en savoir plus sur moi, n’hésite pas à aller voir ma page À Propos, ou à me contacter.

Nouveau sur le site ? Cette page est faite pour toi ! 😉

Tu pourrais aussi aimer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?

Je suis Lorenzo VILLARD, un jeune auteur de 22 ans qui s’est lancé un incroyable défi…

Blogs similaires

Articles populaires