Post-apocalypse : comment se comporter après le pire ?

Post-apocalypse : comment se comporter après le pire ?

« Une mystérieuse maladie s’est récemment propagée. Au début, on voyait des images à la télévision, mais tout cela nous paraissait loin. Des gens qui pétaient un câble et se mettaient à attaquer leurs semblables. Des émeutes dans les grandes villes d’Amérique du Sud, là où le virus venait. Mais peu à peu, cette saloperie a attaqué toutes nos sociétés et nous a mis à genoux. Maintenant que nos gouvernements ont échoué et se sont brisés, il ne reste plus grand-chose de l’ancienne société. Comment va-t-on faire pour survivre une semaine là-dedans » ? C’est ce qu’aurait pu se dire un personnage de post-apocalypse.

La Post-Apocalypse

La post-apocalypse − ou après-apocalypse − est un sous-genre de la science-fiction qui place ses histoires dans une société qui vient de s’effondrer après une catastrophe à grande échelle. Le ou les protagonistes vont se retrouver happés dans des évènements plus grands qu’eux, et ne vont bien souvent qu’essayer de retrouver une partie de leur confort d’antan, bien que ce soit impossible.

Cet article fait partie du défi des 52 genres. J’y explique ma compréhension du genre après une seule semaine de recherche : je ne prétends pas être un expert. Les explications sur le défi se trouvent ici.

De façon générale, ne prends pas ce que tu lis pour argent comptant. Soit un bon sceptique et teste un conseil pour savoir s’il fonctionne pour toi !

Pourquoi écrire de la post-apo ?

La post-apocalypse permet de porter un regard et une réflexion sur notre comportement dans une situation extrême − qui n’est pas forcément si improbable aux yeux de certains.

Comment écrire de la post-apocalypse ?

La cause de l’apocalypse

Quel terrible évènement a-t-il bien pu mettre la société à ses genoux ? Il peut y avoir de nombreuses causes à l’effondrement sociétal, mais les plus courantes dans la post-apocalypse sont :

  • L’Apocalypse de Zombie qui peut s’y greffer, très populaire dans la post -apo contemporaine
  • Une bonne vieille épidémie, d’origine naturelle ou créée en laboratoire
  • Une guerre ou catastrophe nucléaire, avec ses répercussions à long terme : hiver nucléaire, radiations…
  • Une ou plusieurs catastrophes naturelles à grande ampleur : super-éruptions volcaniques, séismes, nouveau type de pluies acides, météorites…
  • Changements climatiques trop brusques auxquels la société ne parvient pas à s’adapter
  • Des forces surnaturelles qui se réveillent
  • L’invasion d’extra-terrestres pas très amicaux, et bien mieux armés que nous ; qui va semer terreur et destruction sur terre
  • Problème de reproduction : les humains ne peuvent plus assurer leur descendance
  • Des machines, robots ou IA maléfiques : une sorte de monstre de Frankenstein, version technologique. Nos créations se sont retournées contre nous.
Dans le même thème :  Space Opéra − Défi #8

Quelle qu’en soit la cause, une bonne partie de l’humanité est morte, et le reste doit survivre dans un milieu hostile. Il en reste souvent un monde désert, rempli de villes fantômes remplies de cruauté et de dangers.

Les réactions humaines typiques

Le monde de la post-apocalypse est souvent représenté comme une anarchie sauvage : une partie des personnes vont survivre en s’organisant en gangs de pillards armés. Ils peuvent agirent par raid ou en piégeant les autres humains ; ceux-ci font de bonnes épreuves pour le héros et apportent beaucoup d’adversité à l’histoire.

Certains vont tout simplement paniquer ; mais ceux-là risquent de ne pas survivre longtemps s’ils ne parviennent pas à sa calmée.

D’autres seront plus nuancés ; ils seront prêts à faire des choix difficiles pour survivre ; tel que trahir des amis ou compagnons de route si c’est nécessaire.

Certains enfin vont essayer de trouver − ou de construire − des havres de paix, dans le but de retrouver un semblant de stabilité dans leur vie. Essayer de revenir « comme avant ».

Des sociétés autonomes

Ces havres de paix peuvent d’ailleurs prendre la forme de petites villes ou villages, qui auto-organisent pour essayer de tenir comme ils peuvent. Ils vont en général suivre des règles très strictes et logiques pour leur survie. Ils se montreront prudents et resteront sur le qui-vive, pour se défendre des pillards et des suites de la catastrophe (gérer les zombies, les radiations, le sol infertile…).

Et pour rendre l’histoire intéressante, ton protagoniste pourra être bloqué ou gêné par ces règles et décidera de les briser, malgré les protestations. Ce qui amènera la microsociété à évoluer et s’adapter − ou s’écrouler, si tu es plus pessimiste dans ton écriture !

L’accès aux ressources

En général, les catastrophes s’accompagnent de pillages à grande échelle, si bien que les ressources deviennent très rapidement inaccessibles.

Et ceux qui ont beaucoup de ressources au début seront en stress constant, sachant qu’ils sont en danger avec autant de bien précis. Il ne suffit pas d’avoir des ressources ; il faut pouvoir les défendre ou les cacher.

Certaines ressources se conservent bien : comme les… boites de conserve, comme leur nom l’indique ! Il n’est donc pas rare de retrouve des protagonistes qui fouillent des maisons abandonnées à la recherche de nourriture ou de matériel (médical par exemple).

Danger et Worldbuiling.

N’oublie pas que, lors de ton worldbuilding, tu dois considérer le danger naît de l’apocalypse comme un élément important dans la vie des gens.

Par exemple, les zombies sont une menace latente permanente ; les gens doivent constamment y faire attention, et ça rend un monde hostile encore plus dangereux. Ça créer également un climat de méfiance entre les gens, surtout si la transformation est longue. Comment savoir si une personne a été contaminée ?

Alors voilà ; tu as un univers entier à créer ; soit original et pense bien aux conséquences de ce nouvel univers sur les gens qui l’habitent. Je t’ai donné quelque piste plus haut, mais n’hésite pas à explorer par toi-même comment la société pourrait être impactée par ta catastrophe et ton univers qui en découle.

Dans le même thème :  Défi #3 : Le Steampunk

Un point sur l’horreur

Les scènes où un personnage doit fuir face à une menace trop grande sont fréquentes dans la post-apocalypse. Dans ces scènes, le genre peut se rapprocher de l’horreur par bien des aspects.

Les difficultés des personnages

Chaque histoire place ses personnages dans des situations compliquées, qui vont les amener à se dépasser. Dans la post-apocalypse, les obstacles sont assez évidents − et partagés par la plupart des humains :

  • C’est la fin du monde !
  • Comment trouver de la nourriture et de l’eau ?
  • Comment je vais survivre ?
  • Ces personnes là-bas n’ont pas l’air très accueillantes avec leurs barres de fer entre les mains…

Tu as plein de façon de faire souffrir tes personnages dans la post-apo ; le manque d’adversité ne devrait pas être un problème pour toi !

Quand commencer ?

Comme le suggère le nom du genre, ces histoires commencent après la catastrophe qui a mis la société à terre. Ce qui est idéal pour des histoires dans un style dystopique, bien entendu.

Cela dit, tu as le choix de commencer juste après la catastrophe, ou bien après. Les contraintes de survies ne seront pas les mêmes.

D’un côté, immédiatement après la catastrophe, le monde risque d’être plus violent, mais l’accès aux ressources plus simple : il reste des supermarchés à piller, de l’essence par ci ou par là…

En commençant longtemps après, les ressources de « l’Ancien Monde » deviennent rares, voire disparues. L’accès à la technologie est bien plus limité ou précieux et il a fallu devenir indépendant en eau et nourriture − ce n’est plus quelque chose que l’on peut trouver dans les débris ou réserves.

Tu peux aussi commence ton histoire durant l’apocalypse au début de ton roman, ce qui va lui donner un côté plus horrifique.

Si tu lis l’anglais, je te conseille aussi la lecture de cet article sur la post-apo.

Nouvelle #13 − Post-Apocalypse

Mon ressenti de la semaine

J’ai clairement aimé écrire cette nouvelle de post-apo. J’ai beaucoup pensé au jeu The Last of Us en l’écrivant − un jeu que j’ai adoré regardé en let’s play sur YouTube !

Ça me donne presque envie d’explorer ce genre plus en profondeur − bien que je préfère toujours la Fantasy. Cela dit, cet aspect de survie post-apocalyptique peut se retrouver dans d’autres histoires et ça a été intéressant de l’étudier.

La nouvelle

Télécharger la nouvelle

defi-13-post-apo

bouton suite
Survole le texte et appuie sur le bouton similaire pour lire la suite

Tu as aimé l’article ? N’hésite pas à le partager ! Si tu veux en savoir plus sur moi, n’hésite pas à aller voir ma page À Propos, ou à me contacter.

Nouveau sur le site ? Cette page est faite pour toi ! 😉

Tu pourrais aussi aimer…

2 réflexions sur “Post-apocalypse : comment se comporter après le pire ?”

  1. Ton article est hyper intéressant! Ca m’a fait penser à pas mal de films et de séries! C’est un genre qui marche bien et puis il permet de libérer son imagination. On peut vraiment imaginer ce que l’on veut et créer un tout nouvel univers! Mais bizarrement c’est toujours un peu terrifiant, on se retrouve jamais dans un monde de bisounours! lol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je ?

Je suis Lorenzo VILLARD, un jeune auteur de 22 ans qui s’est lancé un incroyable défi…

Blogs similaires

Articles populaires