Ma nouvelle méthode de travail : un roman en 45 jours

Il y a quelques mois, j’avais du mal à écrire. J’avais quelques sessions qui m’inspiraient et où les mots coulaient tout seuls − et ce sont celles-là qui m’ont incité à devenir écrivain. Mais fréquents étaient les jours où je m’asseyais devant mon ordinateur sans motivation, à me forcer pour écrire 500 mots médiocres. Mais depuis une semaine, j’ai l’impression que tout a changé.

Comme tu l’as peut-être vu passer, je me suis lancé depuis bientôt dix jours dans le défi d’écrire un roman en 45 jours. Jusqu’à présent, j’ai écrit 17 000 mots − soit 2125 mots quotidiens en moyenne. C’est un peu en dessous des 3000 mots que je vise, mais c’est bien plus que les 700 que je faisais auparavant avec difficulté.

Ce qu’écrire vite m’a apporté

Devoir écrire aussi vite à eu un effet inattendu sur moi. Pour écrire autant, j’ai besoin d’être motivé. Enthousiaste vis-à-vis de mon histoire.

écriture enthousiaste

Autrefois, quand je n’étais pas motivé, je ne parvenais pas à écrire. Ou alors seulement quelques mots en prenant un temps infini. Vu que ce défi attend de moi que j’écrive vite et régulièrement, je devais trouver une autre solution.

Alors je me suis assis, et je me suis demandé pourquoi l’histoire devenait difficile après les 800 premiers mots. Alors, j’ai compris. Une erreur que je commettais depuis un an et demi sans m’en rendre compte. Qui sapait ma motivation et appauvrissait mes histoires.

Je permettais à mes personnages, histoires et lieux d’être autre chose qu’enthousiasmants pour moi. Mes personnages devenaient des gens que je n’avais pas vraiment envie de suivre. Mes lieux vides de sens. Mes histoires sans peps.

Pourquoi m’éloignais-je de ce qui m’enthousiasmait ? J’ai l’impression que c’est pour moi en tendance naturelle. Si je ne me concentre pas pour trouver ce que j’aime écrire, je me retrouve à écrire des choses… pas mal, sans plus. Ce qui me démotive. Je me suis lancé dans l’écriture parce que je trouvais l’informatique juste pas mal, sans plus −, et dénuée de sens. Et je me retrouvais à affronter la même chose avec l’écriture.

Et voilà qu’à ma grande surprise, chercher à écrire 3000 mots par jour n’a pas été plus dur, mais plus simple que d’en écrire 700. Parce que ça m’obligeait à rester concentré sur ce que j’aimais. Et j’ai réalisé que mon ancienne méthode de travail m’éloignait en réalité de cet objectif.

Mon post insta sur le sujet

Mon ancienne méthode de travail

Il y a encore quelques semaines, ma façon de procéder était simple :

  • Je prenais une semaine ou deux pour la création d’univers, de personnages et pour choisir l’intrigue en détail.
  • J’écris mon premier jet d’une traite, sans le retravailler. Durant cette période, à chaque fois que j’avais une idée d’intrigue, de foreshadowing, je la notais dans un fichier et poursuivais l’intrigue.
  • Une fois le premier jet terminé, je le laissais reposer un mois.
  • Ensuite, j’entamais la phase de relecture.
  • Cette séparation premier jet/relecture me permettait d’écrire le début d’une histoire tout en relisant une autre. Je me disais que je me lasserais d’un seul projet et que je devais varier souvent.

C’était un peu, sans le vouloir, la méthode de Brandon Sanderson.

Ma nouvelle méthode de travail

Je n’ai pas encore terminé mon roman, et la méthode est récente ; elle est donc sujette à évolutions. Mais je voulais te la partager, car elle me permet de plus accomplir et d’être plus satisfait de mes écrits.

Comme tu le verras, cette méthode prend plus de temps ; mais ce n’était pas mon problème. Ce qui me manquait, c’était le feu sacré !

Préparation de l’intrigue

Pour le roman de mon défi − qui s’appellera sans doute Les Royaume Célestes −, je suis parti avec une intrigue et un monde très grossier. Mais avant chaque séance d’écriture, je prends du temps pour réfléchir aux péripéties que mon héroïne va traverser. Aux lieux qu’elle va rencontrer. Et aux personnages secondaires qu’elle va croiser.

carte de Volantis - les royaumes célestes

Je fais ce travail au dernier moment, ce qui me permet de profiter de la motivation de la nouveauté ; je viens d’avoir ces idées incroyables, je dois les écrire ! Avant, je ne prenais pas ce temps pour réfléchir à ce que j’allais écrire. Pourquoi prendre cette peine pour écrire deux pages ?

Ces réflexions me permettent d’écrire mes mots quotidiens en étant motivé à fond 😁. Écrire est beaucoup plus simple et plaisant qu’avant.

Les nouvelles idées

Autre différence dans ma méthode : quand j’ai une nouvelle idée, au lieu de la laisser traîner dans une note, je l’écris directement. Lorsque je suis en train d’écrire mon premier jet, mon cerveau est naturellement à l’affut d’idées, d’améliorations, de cohérence. Adresser directement ces idées permet non seulement de profiter de l’enthousiasme de la découverte, de rendre directement mon roman meilleur donc plus plaisant à écrire, mais aussi de pouvoir chercher plus loin, à présent que le problème est réglé ou l’incroyable idée ajoutée. Ce qui me motive et améliore mes histoires.

La phase de relecture

Paragraphe mis à jour après la sortie de mon livre

J’ai établi une suite de relectures que j’effectue dans l’ordre pour chaque chapitre :

  1. M’assurer du dynamisme des scènes
  2. Surligner les passages importants : scènes de combats, descriptions, dialogues iconiques
  3. Relire les dialogues, les améliorer, m’assurer que la voix des personnages soit respectée
  4. Relecture plus classique : style, maladresses, show don’t tell…
  5. (Étape bonus) : Relire TOUT le roman à la recherche d’incohérences
  6. Corriger les erreurs (avec Antidote) et réduire les filter words (article à venir là-dessus)
  7. Écouter tout le roman en text-to-speech, pour m’assurer que je n’ai pas laissé de fautes et que les descriptions et actions sont claires.
relecture

Pourquoi écris-je cet article ?

Il n’a qu’une vocation : tu incites à trouver ta propre méthode de travail. Si tu es coincé dans l’écriture et que tu as du mal à te mettre à écrire, essaye de nouvelles choses. Par exemple, tente l’aventure du NaNoWriMo cette année − je t’accompagnerais. 😁

Si tu décides de briser ta routine d’écriture et d’essayer une semaine une nouvelle méthode de travail, dis-le-moi en commentaires !

Tu as aimé l’article ? N’hésite pas à le partager ! Si tu veux en savoir plus sur moi, n’hésite pas à aller voir ma page À Propos, ou à me contacter.

Nouveau sur le site ? Cette page est faite pour toi ! 😉

Tu pourrais aussi aimer…

2 réflexions sur “Ma nouvelle méthode de travail : un roman en 45 jours”

  1. Hyper intéressant !
    J’aime écrire autour de mes passions mais je n’ai jamais envisagé de faire un roman, même à titre personnel.
    Ton article me donne envie d’essayer 🙂
    Je t’enverrai un message si je saute le pas !
    En tout cas merci pour ce partage ^^

Laisser un commentaire

Qui suis-je ?

Je suis Lorenzo VILLARD, un jeune auteur de 22 ans qui s’est lancé un incroyable défi…

Blogs similaires

Articles populaires

%d blogueurs aiment cette page :